Touche Pas À Ma Pote en classe

Créée à l’initiative de l’ASBTouche Pas À Ma Pote en classeL « Touche Pas À Ma Pote » et de la Ligue d’Impro, l’animation éducative « Touche Pas À Ma Pote en classe » vise à sensibiliser les enfants de 5ème primaire au harcèlement de rue et au sexisme au quotidien. Ce projet d’éducation, prévu pour la rentrée scolaire 2014, consiste à inclure dans le programme scolaire des écoles bruxelloises, des animations organisées par les comédiens de la Ligue d’Impro sur le thème du harcèlement de rue et des insultes sexistes.

L’animation : Trois comédiens de la Ligue d’Impro débarquent dans une classe et jouent trois courtes scènes illustrant des insultes, menaces ou discriminations sexistes. Au bout de quelques minutes, un des comédiens arrête la scène et suscite les réactions des élèves, mène le débat et leur demande d’agir comme des metteurs en scène sur le comportement des protagonistes, jusqu’à ce que la situation conflictuelle trouve une résolution. La morale émerge donc des enfants et non des adultes.

La COCOF a choisi de subventionner « Touche Pas À Ma Pote en classe » suite à l’appel à projet lancé par Christos Doulkeridis pour lutter contre les stéréotypes genrés et les inégalités entre les hommes et les femmes. Dès Septembre 2014, une trentaine d’écoles bruxelloises bénéficieront de cette animation. (infos et réservations : contact@tpamp.be).

Action slogan TPAMP: Un succès !

Grâce à l’action slogan TPAMP lancée le jeudi 30 mai, nous avons récolté plus de 80 slogans en une semaine.

En voici quelques-uns:

« C’est pas en me pinçant les fesses que je deviendrai ta princesse » Caroline, 21 ans, Liège.

« C’est pas en me reluquant de haut en bas que je vais tomber amoureuse de toi » Elena, 19 ans, Court-Saint-Etienne.

« Ce n’est pas en me montrant le pire que tu obtiendras le meilleur » Philippe, 43 ans, Louvain-la-Neuve

« Ce n’est pas dans l’agressivité que je reconnaitrai ta virilité » Philippe, 43 ans, Louvain-la-Neuve

« C’est pas en insultant ma fille que tu vas te faire des amis » Julio, 41 ans, Lasne.

« C’est pas parce que je suis saoule que je deviens ta poule » Charlotte, 20 ans, Paris.

« C’est pas en te comportant comme dans un zoo qu’elle t’aura dans la peau ». Audrey, 33 ans, Waterloo

« C’est pas en matant mes seins que tu marques des points » Christelle, 37 ans, Malèves.

« C’est pas parce qu’elle ne te donne pas son numéro qu’il faut dire des gros mots » Anthony, 12 ans, Auderghem.

« C’est pas parce que tu leur parles mal que t’es un vrai mâle » Ismaël, 25 ans, Laeken.

« C’est pas en me traitant de pute que je te ferai une turlutte » Deborah, 34 ans, Ixelles.

« Ce n’est pas en me gonflant qu’on va s’éclater ensemble » Freddy, 45 ans, La Louvière..

« C’est pas en nous sifflant que tu deviendras un Don Juan » Fanny, 24 ans, Bruxelles.

« C’est pas parce que je suis pas intéressée que je suis une taspé » Marie, 36 ans, Bruxelles.

« C’est pas en étant vulgaire qu’on fera la paire » Cristelle, 39 ans, Alsemberg.

« C’est pas parce que tu es en rut, que je peux pas mettre une jupe »  Marjorie, 30 ans Ransart.

Vous vous sentez concerné(e) par le harcèlement de rue ? Cherchez avec nous de nouveaux slogans !

Complète la phrase suivante en rapport avec le harcèlement de rue:

« C’est pas en _________________ que ___________________ »

Envoie-la nous par message privé et nous publierons les meilleures sur nos pages Twitter  et Facebook !

« C’est pas en m’accostant dans la rue qu’on va taper discu » Sarah, 24 ans, Ixelles.

« C’est pas en me faisant peur que tu auras mon cœur » Justine, 23 ans, Laeken.

« C’est pas en matant ma meuf que ça va être la teuf » Adil, 29 ans, Evere.

« C’est pas en me sifflant que je te remarquerai » Catarina, 19 ans, Forest.

« C’est pas en me klaxonnant  que tu me fais un compliment », Anaïs, 27 ans, Anderlecht.

Conférence TPAMP à l’Ecole n°6 Georges Primo

Conférence Touche Pas À Ma Pote à l’Ecole primaire communale n°6 Georges Primo à Schaerbeek avec les élèves de 5ème primaire.

80 filles et garçons ultra attentifs, avec plein de questions et d’histoires a raconter. Ils sont tous repartis avec un pins TPAMP.

Béa Ercolini, 22 avril 2013.